La société changera quand la morale et l’éthique investiront notre réflexion
Pierre Rabhi


Ce blog s'arrêtera bien le 1er décembre prochain.
Merci à tous de m'avoir accompagné toutes ces années.
Ghislaine


14/11/2011

Campagne "Tous Candidats !"

Chaque jour, par chacun de nos actes, nous participons à transformer la société. La campagne "Tous candidats" permet à chacun, au-delà de toutes considérations politiques, économiques et partisanes, de se déclarer candidat à l’action et de poser les fondements d’une société nouvelle.

Vous aussi devenez candidat en 2012 ! Participez à créer une communauté capable de peser sur les orientations de la société et de proposer des voies pour le futur !

Colibris lance une vaste campagne citoyenne en parallèle des élections présidentielles : "Tous candidats en 2012".

Plus nous serons, plus nous ferons.

16:33 Publié dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

LES ENTOURLOUPES DU "MOIS ROSE"

 Site du Dr Marc GIRARD : II. Vaccination contre la grippe

03/11/2011

URGENT

L’emballage du vaccin portera-t-il un logo à tête de mort ?

Michel Georget, professeur de biologie et spécialiste des vaccins,  m’a fait parvenir cette information que je désire vous faire partager :

« à propos des effets indésirables du Gardasil® il est indispensable de signaler le fait suivant :

« Le conservateur de ce vaccin est le borax (borate de sodium). Or, depuis le 6 novembre 2008, les sels de bore sont classés par la réglementation européenne comme toxiques. Les emballages doivent porter le logo à tête de mort avec les deux indications suivantes :

- R60 (peut altérer la fertilité)

- R61 (risque pendant la grossesse d'effets néfastes pour l'enfant).

« Il paraît pour le moins imprudent d'utiliser un tel conservateur dans les vaccins contre les infections du col de l'utérus quand on sait qu'au cours des études cliniques, des femmes tombées enceintes 30 jours après leur vaccination ont eu des bébés anormaux. Souvenons-nous du Distilbène, ce médicament donné aux femmes enceintes en théorie pour éviter les fausses couches, et qui ont été atteintes de cancers des voies génitales ainsi que leurs filles.

« Aujourd'hui des anomalies sont observées chez les petits enfants (donc 3e génération). »

01/11/2011

LE LOBBYING À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

France Info nous apprenait, fin septembre, que les laboratoires Servier étaient rayés de la liste des organismes autorisés à être représentés dans les couloirs de l’Assemblée nationale.

Cette suspension “à titre conservatoire” a été décidée dans l’attente d’une décision définitive du bureau de l’Assemblée, avait précisé Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale, dans une lettre adressée au député UMP Yves Bur, président de la délégation chargée des représentants d’intérêts et dont l’AFP avait obtenu une copie.  Depuis juillet 2009, des représentants d’intérêts publics ou privés figuraient sur une liste de personnages bénéficiant de badges, valables une journée, ouvrant des droits d’accès à certaines parties du palais Bourbon, ce qui leur permettaient d’influencer certains députés, mais avec quelques restrictions.

Après la divulgation du scandale du Mediator, M. Bur et le député communiste Jean-Jacques Candelier avaient proposé le retrait de cette liste de Servier, et de sa représentante, Corinne Moizan, retrait qui a été définitif après la réunion du bureau qui s’est tenue le 12 octobre 2011.

Or, dans une interview accordée au Parisien le 29 septembre 2011, Corinne Moizan, qui est aussi conseillère municipale UMP, se prétend “abasourdie” par son exclusion et s’insurge contre cette mesure. “Je suis arrivée en 1999 chez Servier, où je me suis spécialisée dans le lobbying avec les parlementaires […], je dois cibler les députés et sénateurs médecins et pharmaciens. Il s’agit en particulier d’une dizaine de parlementaires qui comprennent le mieux nos problématiques.  Je les rencontre dans leurs bureaux à l’Assemblée, ou j’organise des déjeuners avec eux.”

Il est certain que ce n’est pas pour parler de la pluie et du beau temps, mais pour essayer de les enrôler dans la protection et la promotion des laboratoires. Et benoîtement, au cours de l’interview, elle citait ses interlocuteurs parlementaires : Jean-Pierre Door, cardiologue du Loiret et Michel Heinrich, pharmacien du Haut-Rhin, tous deux élus UMP, mais aussi des élus PS comme Marisol Touraine, d’Indre-et-Loire, conseillère d’État, et Catherine Lemorton, pharmacienne de Haute-Garonne. “Ce sont des bons connaisseurs du secteur.”

Corinne Moizan avait le droit d’accéder à la salle des Quatre Colonnes de l’Assemblée nationale, mais devait la quitter à 14 h 30 avant l’arrivée des journalistes. On se demande pourquoi ? Cacherait-on des informations aux journalistes ? 

Les socialistes ont immédiatement publié un communiqué pour dénoncer ces affirmations.  “Notre groupe reçoit tous les groupes socio-professionnels qui en font la demande. C’est le travail normal des députés, dans le cadre de l’examen de projets de loi. Mais nous démentons formellement toute connivence entre nos parlementaires et le groupe Servier et toute rencontre particulière avec Mme Moizan, dont le travail n’a jamais eu la moindre influence sur le travail législatif du groupe. Plusieurs documents en attestent.”

Il est exact que le rapport de Catherine Lemorton de 2008 sur la pharmacovigilance a très clairement dénoncé l’interférence de l’industrie pharmaceutique dans la politique du médicament et, à plusieurs reprises, l’industrie pharmaceutique a exercé de vives pressions pour que Catherine Lemorton ne soit plus leur interlocutrice. En outre, le groupe socialiste a été, au Parlement, le premier à dénoncer le scandale du Mediator et à demander que toute la lumière soit faite sur la responsabilité du laboratoire Servier.

Quant à Jean-Pierre Door, il admet avoir rencontré la lobbyiste, car “cela fait partie du travail des parlementaires de s’informer, mais ce n’est pas parce qu’on rencontre des gens qu’on est influencé”. Pour sa part, Michel Heinrich a déclaré avoir “peut-être rencontré une fois Mme Moizan il y a près de dix ans, mais il l’a oublié.

En résumé, pour ces députés UMP, “ce n’est pas parce qu’on rencontre des gens qu’on est influencé”. Ces affirmations rejoignent les discours des “experts” ayant des liens avec les laboratoires qui crient haut et fort que cela ne les influencent en rien dans leurs jugements. Il n’y a qu’eux pour les croire.

Ainsi, le laboratoire Servier est interdit de lobbying à l’Assemblée nationale, mais les autres, ceux qui restent sur la liste qui leur permet d’influencer certains députés, sont toujours là. Or, officiellement “le rôle d’un lobby est d’infléchir une norme, d’en créer une nouvelle ou de supprimer des dispositions existantes”. C’est grâce à ce laxisme que l’on infléchit les normes existantes et qu’on nous laisse croire ce que les laboratoires veulent nous faire croire. Ne serait-il pas grand temps, en cette époque de crise et de restrictions budgétaires, de cesser ces pratiques scandaleuses qui se répandent à travers le monde et le rend bien malade ?

Sylvie SIMON

11:41 Publié dans POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (0)

MISE EN PLACE DES DÉMOCRATIES RÉELLES AVEC ET POUR LES CITOYENS.

Des milliers d’Américains occupent pacifiquement Wall Street, un épicentre de la puissance financière mondiale et de la corruption. Dernière lueur d’espoir en date, ces Américains viennent s’ajouter à un nouveau mouvement pour la justice sociale qui se répand comme une traînée de poudre de Madrid à Jérusalem ainsi que dans 146 autres villes, et bientôt plus encore.  Mais ils ont besoin de notre aide pour réussir.

Alors que les travailleurs paient la facture d’une crise financière causée par des élites corrompues, les manifestants demandent une réelle démocratie, la justice sociale et la lutte contre la corruption. Mais ils subissent de fortes pressions de la part des autorités, et certains médias les rejettent d’emblée en les qualifiant de groupes marginaux.  Si nous sommes des millions du monde entier à les soutenir, nous renforcerons leur détermination et montrerons aux médias et aux dirigeants que ces protestations font partie d’un immense mouvement dominant pour le changement.  Cette année pourrait être l’année 1968 de notre siècle, mais, pour réussir, ce mouvement doit rassembler tous les citoyens issus de tous les milieux.

La vague de protestation étendue au monde entier est le dernier chapitre en date dans l’histoire du pouvoir citoyen mondial qui s’est écrite cette année. Le suicide d’un marchand de fruits désespéré en Tunisie a déclenché le combat pour la démocratie dans tout le monde arabe.

En Egypte, les gens ont envahi la place Tahrir et renversé leur dictateur.  En Inde, le jeûne d’un homme a amené des millions de personnes dans la rue et a mis le gouvernement à genoux pour déboucher sur des mesures concrètes afin de mettre un terme à la corruption.  Pendant des mois, les citoyens grecs ont protesté sans relâche contre les coupes injustes dans les dépenses publiques. En Espagne, des milliers d’“indignés” ont défié l’interdiction de manifestations pré-électorales et ont monté un camp de protestation sur la Puerta del Sol pour dénoncer la corruption politique ainsi que la gestion de la crise économique par le gouvernement.  Et cet été, dans tout Israël, les gens ont construit des “villes-tentes” pour protester contre les coûts croissants du logement et exiger la justice sociale.

Ces épisodes nationaux convergent vers un même appel mondial et déterminé à mettre fin à la corruption des élites et des dirigeants politiques qui, dans de nombreux pays, ont contribué à causer une crise financière désastreuse et qui veulent désormais que les familles et les travailleurs paient la facture. Le mouvement de masse en réponse peut non seulement s’assurer que le poids de la récession ne soit pas assumé par les plus vulnérables, mais peut aussi aider à rétablir le rapport de force entre la démocratie et la corruption.  A chaque soulèvement, du Caire à New York, l’appel à des gouvernements responsables qui servent leur peuple est manifeste, et notre communauté mondiale a soutenu ce pouvoir citoyen dans le monde entier, partout où il s’est exprimé. Le temps où quelques corrompus se mettaient dans la poche les dirigeants politiques arrive à son terme, et nous sommes en train de construire à la place des démocraties réelles avec et pour les citoyens.

Avec espoir,

Emma, Maria Paz,

Alice, Ricken, Morgan,

Brianna, Shibayan

et toute l’équipe d’Avaaz

 

Avaaz signifie “voix” dans plusieurs langues d’Asie, du Moyen-Orient et de l’Europe de l’Est. Cette organisation a été fondée par le Britannico-canadien Ricken Patel en 2006.  Elle revendique plus de 10 millions de membres dans 193 pays du monde. Elle agit en signant des pétitions, en envoyant des messages aux dirigeants, en organisant des manifestations et des événements, pour faire en sorte que l’opinion et les valeurs des citoyens du monde influent sur les décisions qui nous concernent tous.

11:26 Publié dans ACTIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

RECONQUERIR NOTRE RAPPORT A L'ALIMENTATION

Tous les sept ans, à cause de l’artificialisation des sols, la France perd l’équivalent de la superficie d’un département en terres cultivables ; chaque semaine, 200 fermes en moyenne disparaissent au profit de l’agrandissement d’autres exploitations ou de l’urbanisation.

La France compte environ 8 millions d’obèses et 3,2 millions de personnes qui ont recours à l’aide alimentaire, de façon intermittente ou permanente. La plupart de nos aliments ont parcouru des milliers de kilomètres avant d’atterrir dans notre assiette. Faire de l’alimentation une priorité est un projet de “haute nécessité” démocratique.

Notre alimentation, comme les terres agricoles, ne saurait demeurer un enjeu de spéculation commerciale et boursière. En nous dépossédant de notre rapport à l’alimentation, l’agro-industrie nous prive toujours plus du savoir produire, conserver et cuisiner les aliments. Elle mutile notre rapport aux sols, aux territoires et aux saisons. Elle nous prive des liens sociaux associés à la production, à l’échange et à la consommation de nourriture. Reconquérir notre rapport à l’alimentation, c’est sortir de l’agriculture pétrochimique, c’est retrouver la liberté de développer des activités riches en emplois utiles, capables de rendre l’économie plus équitable. Se réapproprier son alimentation, c’est retrouver le goût des choses, du vivant, des idées et des relations sociales qui façonnent notre vie quotidienne en lui donnant sens et saveur, c’est retrouver le goût de penser par soi-même et le plaisir des repas partagés.


Se nourrir est un enjeu vital pour un habitant sur six de la planète qui souffre de la faim. Reconquérir notre rapport à l’alimentation, c’est refuser que le plus grand nombre d’entre nous ne se voit contraint à une alimentation de qualité médiocre, carencée, voire nocive à sa santé. Il appartient aux populations, aux institutions et aux organisations sur leurs territoires, au nord comme au sud, de s’approprier la souveraineté alimentaire.


Reconquérir notre rapport à l’alimentation c’est :

• peser sur les plans et les pratiques d’aménagement local afin de préserver et développer les terres à vocation agricole et vivrière, la biodiversité et l’environnement

 

• remettre en cause les schémas d’urbanisation qui dissocient l’espace en zones spécialisées (habitation, travail, loisir, agriculture, commerce...), qui muséifient les centres villes et qui enlaidissent et dénaturent les périphéries des villes

 

• permettre aux paysans, aux artisans et aux commerçants d’ici et d’ailleurs de vivre dignement de leur travail


• offrir à chacun la possibilité de produire et consommer une alimentation saine et équilibrée en reconstruisant du lien entre ville et campagne


• aménager des jardins collectifs dans les centres urbains, réinstaller à proximité des ceintures vertes suffisantes pour une production locale de produits frais, variés et de saison


• prévoir d’installer des commerces indépendants et des écoles à proximité des lieux d’habitation pour s’y rendre sans avoir besoin d’utiliser une voiture


• donner aux paysans la possibilité d’écouler l’essentiel de leur production localement et aux consommateurs de trouver facilement leur nourriture produite à proximité.

 Pierre PICARD (Alimentons 2012)

11:11 Publié dans POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (0)

25/09/2011

LES RÉVÉLATIONS QUI ÉBRANLENT LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ

 La thèse d'un médecin dénonce les conflits d'intérêts de l'institution, (trop) proche des labos pharmaceutiques. 

 

En pleine tempête sur le Mediator, qui a mis à jour la « bureaucratie sanitaire » de l'Afssaps, c'est désormais à la Haute autorité de santé (HAS) d'être vivement critiquée. Non par un rapport officiel mais dans une thèse de médecine générale accablante sur les rapports de la HAS avec les laboratoires pharmaceutiques.

Soutenue en juillet dernier à l'université de Poitiers par Louis-Adrien Delarue, médecin généraliste à Angoulême, elle secoue le milieu. Son titre :

« Les Recommandations pour la pratique clinique élaborées par les autorités sanitaires françaises sont-elles sous influence industrielle ? A propos de trois classes thérapeutiques. »

La Haute autorité de santé a été créée en 2004 avec pour mission de veiller au renforcement de la qualité des soins, au bénéfice des patients. Ses trois principes fondateurs sont « l'indépendance, la rigueur scientifique, la transversalité ».

La thèse de Louis-Adrien Delarue démontre qu'au moins quatre recommandations émises entre 2006 et 2008 sont erronées. Depuis 2010, le contrôle des conflits d'intérêts s'est durci, enfin… sur le papier.

Balance bénéfice-risque clairement défavorable

Louis-Adrien Delarue a étudié trois classes de médicaments utilisées pour soigner le diabète de type 2, la maladie d'Alzheimer et certains troubles articulaires. Ces pathologies fréquentes font l'objet de préconisations dans quatre guides de la HAS. « Les biais sont multiples », selon la thèse :

« Etudes scientifiques omises, présentations de données mal étayées ou connues pour être falsifiées, conclusions hâtives et mal argumentées. In fine, la HAS promeut des médicaments dont la balance bénéfice-risque est clairement défavorable et qui impactent les dépenses publiques à hauteur de centaines de millions d'euros par an. »

Certains médicaments peuvent aussi être dangereux. C'est le cas des coxibs, dont le plus connu est la marque Celebrex :

« La littérature scientifique montre que les coxibs, comme le Celebrex ou le Vioxx, peuvent provoquer de graves accidents cardio-vasculaires. »

Ces anti-inflammatoires prescrits contre les maladies articulaires sont des molécules sœurs, des « me-too », du Vioxx. Ce dernier, suspecté d'avoir causé la mort de dizaines de milliers de patients, avait provoqué un scandale mondial en 2004 avant d'être retiré du marché.

L'auteur s'étonne que les Coxibs continuent de faire l'objet de deux recommandations favorables publiées en 2007 et 2008, dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde et de la spondylarthrite ankylosante.

En raison d'une « suspicion de conflit d'intérêts », la HAS vient de suspendre ces deux dernières (en plus de quatre autres) dans l'attente d'une actualisation. Elle précise que la « qualité scientifique de ces travaux n'est pas remise en cause » et qu'ils « peuvent continuer de servir aux professionnels de santé qui doivent le mettre en perspective avec l'ensemble des connaissances disponibles ».

Les experts, VRP de l'industrie

Si ces guides étaient erronés, c'est en raison des conflits d'intérêts qui les minent. L'auteur montre comment, grâce à des logiciels informatiques performants, les laboratoires détectent les leaders d'opinion, « susceptibles de leur rapporter le plus de bénéfices financiers ».

Les experts de la HAS sont des interlocuteurs stratégiques car, à leur tour, ils influencent toute une chaîne d'acteurs, du médecin généraliste au professeur jusqu'au journaliste.

Dès 1999, l'Anaes, l'ancêtre de la HAS, édictait des règles d'indépendance strictes, notamment envers les présidents de groupes de travail en charge d'élaborer les recommandations. Selon la thèse, elles n'ont pas été respectée :

« De nombreux experts en charge de ces guides ont des conflits d'intérêts majeurs. C'est le cas notamment de tous les présidents de groupes de travail en charge d'élaborer les quatre guides de bonnes pratiques analysés. »

Deux recommandations annulées au nom de conflits d'intérêts

Deux recommandations avaient déjà été annulés à la demande du Formindep (collectif pour une formation et une information médicales indépendantes), en avril dernier. La première sur le diabète a été abrogée par le Conseil d'Etat. La seconde, sur Alzheimer, a été retiré par la HAS qui a devancé le recours.

Interrogé par Rue89, le président de l'agence, Jean-Luc Harousseau, se justifie :

« Ces recommandations ont été faites à un moment où la politique de la HAS était moins stricte qu'elle ne l'est depuis 2010.

J'espère que les recommandations prises depuis 2010 sont exemptes de conflits. A vrai dire, on n'a pas été vérifier puisque nous considérons que normalement, il n'y a pas de risques. »

Pas de risques et pourtant, Jean-Luc Harousseau lui-même, à son arrivée à la tête de la HAS, avait tardé à préciser ses liens d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique, remplissant une première déclaration entièrement vierge.

Obligé de noircir les noms des experts incriminés

Symbole du tabou qui entoure ces conflits d'intérêts, le jury de thèse de Louis-Adrien Delarue lui a imposé de noircir les noms des experts incriminés. Officiellement, affirme la présidente du jury Marie-Christine Perault-Pochat, « pour le protéger de plaintes devant le conseil de l'ordre ».

La réalité semble plus nuancée. Quelques jours après la soutenance, la pharmacologue s'est inquiétée de voir la version originale de la thèse sur Internet. Dans un e-mail que nous avons consulté, adressé à Louis-Adrien Delarue et copié à tous les centres de pharmacovigilance de France, elle a tenu à ne pas s'associer aux conclusions de la thèse devant ses confrères. Et a décrédibilisé la thèse sans préciser qu'elle avait obtenu la meilleure note et la mention « très honorable » :

« Votre travail a manqué de recul, de distanciation par rapport au sujet. […] Je vous invite à venir voir comment nous travaillons et combien en pharmacologie nous sommes loin des liens ou conflits d'intérêts. »

La thèse a été, depuis, saluée par des médecins reconnus. Le directeur de la thèse explique :

« Les professeurs universitaires et praticiens hospitaliers ne reconnaissent pas les conflits d'intérêts. C'est la première fois qu'une telle thèse, polémique, est acceptée dans une université. »

Par David Prochasson  - Journaliste

Cliquez et lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

- Conflits d'intérets : la réforme du médicament ne règle rien

 - Les remèdes de Xavier Bertrand face au scandale du Mediator

Ailleurs sur le Web

- La thèse de médecine de Louis-Adrien DELARUE

 - Pour une nouvelle gouvernance du médicament

19/09/2011

LE SEUL VACCIN UTILE SERAIT CELUI CONTRE LA PEUR

      Certains prétendent qu’ils ne veulent pas s’informer car ils ont peur d’avoir peur en apprenant des nouvelles inquiétantes qu’ils préfèrent ignorer. Mais la politique de l’autruche ne mène pas à la sérénité et mieux vaut prévenir que guérir, d’autant que personne n’est libre s’il n’est pas informé. C’est pour cette raison que tous les pouvoirs utilisent la peur pour mieux dominer, et comme le disait Machiavel : « Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes ».

Cet instrument de manipulation qui permet d’abolir tout sens critique et d’exploiter la crédulité des populations en les maintenant dans l’ignorance des faits essentiels de l’existence a toujours été utilisé, mais à présent il opère sur une plus grande échelle grâce aux multiples moyens de diffusion. Il faut donc bannir la peur qui peut être meurtrière dans le domaine de la santé et l’industrie pharmaceutique profite de ce commerce pour vendre des vaccins et des médicaments, non seulement inutiles mais souvent très toxiques, comme le prouvent les derniers scandales. Il est certain, comme l’avait constaté Gandhi, qu’il est : « plus facile de croire ce qu’on nous affirme officiellement, que de s’aventurer dans l’indépendance intellectuelle. En fait, ce n’est pas l’opposition, mais le conformisme et l’inertie qui ont de tout temps été les plus sérieux obstacles à l’évolution des consciences ! »

 

La peur est, en résumé, la première et la seule chose que nous devrions « éradiquer », car elle est beaucoup plus dangereuse que les microbes et les virus. Elle est redoutable car elle contribue à la défaillance de notre système immunitaire et inhibe toute réflexion, tout sentiment de révolte.

 

Dans Histoires d'humour et de sagesse, le Père Anthony de Mello résume bien ce problème :

La Peste était en route vers Damas et croisa à toute vitesse la caravane d’un chef dans le désert.

 - « Où allez vous si vite ? » s’enquit le chef.  

- « A Damas, j’ai l’intention d’y prendre mille vies. »

Au retour de Damas, la Peste croisa de nouveau la caravane. Le chef dit :

 - « C’est cinquante mille vies que vous avez prises, non mille. »

- « Non, dit la Peste. J’en ai pris mille. C’est la Peur qui a pris le reste. »

S.SIMON

13/09/2011

CONSEILS EN CAS DE FUITE RADIOACTIVE

Comme nous l'enseigne Gandhi : "nous devons apprendre à nous aimer comme des frères et des soeurs, ou nous préparer à mourir comme des imbéciles".

A TELECHARGER ICI

12/09/2011

Un odieux non-lieu

Un odieux non-lieu sur les dangers du passage du nuage radioactif de Tchernobyl sur la France. A lire ICI

24/08/2011

L’AUGMENTATION DES TROUBLES BIPOLAIRES CHEZ LES ENFANTS

Aux États-Unis, le nombre d’enfants diagnostiqués comme ayant des troubles bipolaires aurait été multiplié par 40 depuis dix ans. Document de Sylvie SIMON

15:07 Publié dans SANTE | Lien permanent | Commentaires (0)

08/08/2011

L'ORSQUE L'ON VEUT NOYER SON CHIEN !

Alors que l’affaire d’E.Coli emplissait les journaux, télévisés ou non, les produits bio ont été mis sur la sellette, particulièrement les concombres et les tomates, puis ce fut le tour des graines de soja germées, comme étant contaminées par des souches virulentes, et donc responsables des nombreuses hospitalisations signalées. Lire la suite  du document de Sylvie SIMON ICI

11:54 Publié dans ECOLOGIE | Lien permanent | Commentaires (0)

02/08/2011

60000 ADOLESCENTS EN DANGER !

Nouvelle analyse de Sylvie SIMON à lire ICI

29/07/2011

AUX ETATS UNIS, 7 MILLIONS D'ENFANTS SOUFFRENT D'ASTHME

La recherche montre que les vaccinations peuvent provoquer une nette augmentation de l’asthme chez les enfants ICI

En France, environ 10 à 14 % des enfants sont asthmatiques.

21/07/2011

L'UNE DES REVELATIONS LES PLUS INEXCUSABLES DE TOUTES CONCERNANT LES VACCINS...

Ex-scientifique pour une compagnie pharmaceutique, Helen Ratajczak a récemment créé une tempête de débats CONCERNANT LE LIEN ENTRE L'AUTISME ET LES VACCINS lorsqu’elle a publié ses RECHERCHES SUR L'AUTISME.

UN ELEMENT MIS EN LUMIERE EST L'UTILISATION DE CELLULES D’EMBRYONS AVORTES DANS LA PRODUCTION DE VACCINS. Lire la suite ici

05/07/2011

OGM ESCHERICHIA COLI

Tiens tiens ! .... Moi qui avait entendu à la radio que ce pourrait être des graines germées bio qui étaient en cause, ou bien les concombres (masqués sans doute !) .....
Cette explication scientifique me parait plus intéressante !
Francis Le Bris
 
« Escherichia coli est la bactérie la plus fréquemment utilisée pour faire "muter" les cellules de plantes afin d'obtenir des OGM. Escherichia coli est "le" vecteur utilisé pour introduire dans les cellules de plantes, le gène étranger qu'on désire intégrer au génome de la plante. Après on se "débarasse" de la bactérie Escherichia coli en utilisant un cocktail d'antibiotiques à large spectre censés éliminer les bactéries et non pas les cellules mutées (qui seront à l'origine de la nouvelle lignée d'OGM) puisqu'en introduisant le gène désiré on a en même temps introduit dans la cellule un gène de résistance aux antibiotiques.

L'Escherichia coli utilisé à la fabrication d'OGM est donc le "transporteur", le "vecteur", à la foi du gène qui intéresse le producteur d'OGM et du gène de résistance aux antibiotiques. Le but étant de tuer la bactérie servant de vecteur (de transporteur) et non pas la cellule mutée, en noyant l'ensemble dans une soupe d'antibiotiques qui tuera les bactéries qui se sont débarrassées de leurs gènes "parasites" au profit des cellules, sans tuer les cellules porteuses des gènes introduits.

- Quid des bactéries devenues résistantes aux antibiotiques, ça l'histoire ne le raconte pas,

- Quid des interactions entre Escherichia coli et les cellules de plantes qui seront à l'origine de nouvelles lignées de plantes OGM... Je ne ferais pas plus de commentaires et vous laisse le soin de faire le lien entre mon histoire... et d'autres, à l'actualité cruelle. »
Par Mme Herrade Nehlig, de l'Institut de biologie moléculaire des plantes - CNRS, Strasbourg

Voir cette photo prise lors de la visite à l'INRA d'Angers

DSCN0438.jpg

14:31 Publié dans OGM | Lien permanent | Commentaires (3)

30/05/2011

Mortalité infantile élevée dans les pays qui vaccinent le plus

L'étude : Une étude publiée le 4 mai dans la revue Human and Experimental Toxicology est de nature à relancer le débat sur le nombre de doses de vaccins administrés aux nourrissons. Elle suggère que les pays avec les taux de mortalité infantile les plus élevés ont tendance à donner plus de doses de vaccins aux enfants en bas âge. Par exemple, les États-Unis en exigent pas moins de 26 – un record mondial – alors que l’on compte dans ce pays plus de 6 décès (6,22) pour 1000 naissances. En revanche, en Suède et au Japon on n’administre que 12 vaccins, et ces pays comptent moins de trois décès pour 1000 (2,75 et 2,79 respectivement). La France recommande 19 doses et enregistre 3,33 décès pour 1000.

Les résultats.

L'interprétation : Les pays qui connaissent des taux de mortalité infantile élevés ont tendance à vacciner plus. Il ne faut pas écarter le fait que dans ce cas, la politique vaccinale s’explique par le fait que ces pays sont touchés par des maladies endémiques, et que la malnutrition fait grimper les chiffres de mortalité. Mais dans les pays développés, comment expliquer cette association ? Les auteurs de l’étude avancent l’hypothèse que des décès de nourrissons pourraient être liés à une survaccination. Ils notent en particulier que certains bébés semblent plus susceptibles de mourir de mort subite après avoir été vaccinés.

Par exemple, dans une étude, deux tiers des bébés décédés de mort subite avaient reçu le vaccin DTPolio (administré après l’âge de deux mois). Parmi eux, 6.5% sans décédés dans les 12 heures qui ont suivi la vaccination, 13% dans les 24 heures, 26% dans les 3 jours; et 37%, 61%, et 70% une, deux et trois semaines plus tard respectivement.

Cette étude conclut que le « vaccin pourrait être une cause majeure ignorée du syndrome de mort subite du nourrisson et que les risques de la vaccination pourraient être supérieurs aux bénéfices. » Il ne s'agit que d'une hypothèse, car cette étude comporte des limites.

http://wikistrike.over-blog.com/article-mortalite-infantile-infantile-elevee-dans-les-pays-qui-vaccinent-le-plus-73612570.html

23/05/2011

LES ESSAIS DÉSESPÉRÉS DE L’ALLOPATHIE POUR ASSASSINER L’HOMÉOPATHIE

Nous avons tous appris avec stupeur et horreur les derniers déboires du Dr Martine Gardénal avec la Cour européenne, mais en vérité c’était plus l'homéopathie qu’elle-même qui était jugée. Son problème est exactement le même que celui du Dr Andrew Wakefield qui n’est qu’un bouc émissaire dans la bataille acharnée des vaccinalistes qui veulent faire taire les dissidents.

On retrouve dans ces deux procès le même mépris pour les malades qui ne peuvent s’exprimer, le même déni de Justice, le médecin condamné d’avance…

Que ne ferait-on pas pour discréditer l’homéopathie et les médecines alternatives qui représentent un réel danger pour l’industrie pharmaceutique car elles ne coûtent pas cher, n’ont pas d’effets secondaires, éliminent en grande partie les drogues allopathiques et, surtout, responsabilisent les patients, remettant ainsi en cause l’engrenage mortel de la société de consommation. ICI la suite du document.

LA FRACURATION HYDRAULIQUE PROPRE N'EST QU'UN MYTHE

       Le 11 avril 2011, confrontés aux nombreuses manifestations contre les gaz de schiste, les pétroliers ont envoyé une lettre ouverte aux députés pour dénoncer la « vaste imposture » du film GasLand, « truffé de mensonges et de contre-vérités ».

Le terme de fracturation hydraulique leur parait impropre car « les produits chimiques (597 au total) cancérigènes dont se gausse Josh Fox sont abandonnés depuis quelques années au profit de produits issus de l’industrie agroalimentaire, tels des dérivés de l’agar-agar utilisés pour gélifier ice-creams et confitures. De toute façon, ils étaient utilisés en quantités infinitésimales ne dépassant pas 0,5 % du volume injecté ».

D’abord on se demande comment on peut fracturer de la roche avec un produit gélifiant, ensuite les doses « infinitésimales », en supposant qu’elles le soient vraiment, ont trop souvent prouvé leur dangerosité.

Après avoir comparé ces projets avec les recherches concernant les hydrocarbures conventionnels qui n’ont pas « contaminé les nappes phréatiques », ni  « défiguré le paysage avec des tours de forages », ils ont précisé que « le Texas, avec ses 2 500 000 forages et ses 30 000 forages annuels, est une destination appréciée des Français. »

En réponse à ce bla-bla-bla destiné à des enfants de 5 ans, il faut espérer que nos députés n’auront pas oublié quelques vérités plus scientifiques et sérieuses.

Pour fracturer ces roches imperméables, les foreurs descendent leur trépan à grande profondeur (entre 3 et 4 km) et réalisent ensuite un forage horizontal. Ils injectent ensuite non seulement des quantités d’eau considérables (entre 54 000 et 174 000 mètres cubes par forage), sous haute pression (plusieurs centaines de bars), avec du sable (pour maintenir ouvertes les fracturations), mais aussi avec des additifs chimiques qui n’ont rien à voir avec l’agar-agar. Il s’agit, entre autres, de benzène, toluène, xylène et éthylbenzène, connus sous le sigle BTEX (réputé pour ses effets nocifs sur le système nerveux central), d’acide chlorhydrique et sulfurique, glutaraldéhyde, naphtalène, formaldéhyde, persulfate d'ammonium, diméthylformamide, gazole, polyacrylamide, chlorure de potassium (utilisé lors des exécutions de condamnés à mort aux États-Unis), éthylène glycol (dont l’ingestion nécessite des soins médicaux urgents), méthanol, acrylamide, acétaldéhyde, plomb, propylène oxyde (à la fois cancérigène, mutagène et stérilisant). Cette liste est loin d’être exhaustive et entre 9 % et 35 % de ces fluides sont récupérés, le reste demeure sous terre et pollue les nappes phréatiques.

Parmi tous les produits utilisés, 17 sont classés toxiques pour l’environnement aquatique, 38 sont toxiques pour l’homme, 8 sont des cancérigènes avérés (groupe 1 du CIRC comme le benzène), 6 sont possiblement cancérigènes, 7 sont classés mutagènes et 5 ont des effets néfastes sur le système reproducteur. Les exemples de contamination des nappes phréatiques américaines ne manquent pas, soit par du benzène, du méthane ou d’autres poisons chimiques. Les compagnies ont également utilisé des produits dont elles ont refusé de révéler la composition exacte sous le prétexte du secret de fabrication. Il est certain que s’il s’agissait d’agar-agar, elles n’évoqueraient pas le « secret de fabrication ».

En outre, notre gouvernement conseille régulièrement de diminuer les émissions de CO2, alors que durant la mise en production (soit de 500 et 1 500 jours) entre 4 315 et 6 590 de poids lourds se succèderaient pour apporter de l’eau, du sable, du carburant, des additifs, ce qui accroîtrait de 3 à 11 parties par millions en volume (ppmv) la concentration de CO2 de l’atmosphère. On franchirait ainsi allégrement la barre des 400 ppm, au-delà de laquelle les climatologues craignent l’emballement du système climatique. En effet, une nouvelle méthode d’analyse des sédiments publiée le 8 octobre 2009 a permis de reconstituer les niveaux de CO2 durant les derniers 20 millions d’années. À l’époque du Miocène, l’atmosphère contenait 400 ppm de CO2 et les températures étaient alors supérieures de 3 à 6°C par rapport à aujourd’hui. Quant au niveau des mers, il était de 25 à 40 mètres supérieur. Cette nouvelle étude apporte ainsi la preuve du fort couplage entre niveau de CO2 et climat.

 Nous sommes donc bien loin des affirmations des pétroliers, et leur document prouve bien qu’ils sont prêts à affirmer n’importe quoi, sans aucune base scientifique, pour satisfaire leur appât du gain au détriment de la planète.

Sylvie Simon

 

 

13:36 Publié dans ECOLOGIE | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2011

LES CRIS DES BEBES

Le vaccin contre la coqueluche est la principale explication des cris inconsolables des bébés. A lire ICI l'extrait de la revue VOTRE SANTE de Mai 2011 de Françoise Joët. Elle est présidente d’honneur de l’association ALIS, 19, rue de l’Argentière, 63200 Riom - www.alis-france.com

Campagne de vaccination , c'est reparti !

Dans le cadre de la semaine européenne de la vaccination, notre secrétaire d'état à la Santé, Nora Berra, a lancé un « cri d’alarme » sur la baisse du niveau de vaccination en France.

Il est évident que l’objectif n’est pas de rechercher et promouvoir la meilleure stratégie de lutte contre des maladies mais de faire accepter des vaccins par la population nationale et même mondiale pour enrichir les labos. Télécharger 3 textes de Sylvie SIMON sur le nouveau vaccin de la varicelle, de la rubéole et des oreillons

14/04/2011

Quand l'Arcoxia® sera-t-il retiré ?

En mars 2010, l'Arcoxia®, un médicament de la même famille que le Vioxx®, produit par le même laboratoire Merck, est arrivé sur le marché français. Cet anti-inflammatoire non stéroïdien est indiqué pour soigner l'arthrose, les crises de goutte et la polyarthrite rhumatoïde.

Il fait partie des médicaments qui sont sur la sellette avec un suivi renforcé en raison de son appartenance à la classe des Coxibs, accusés de pouvoir augmenter un risque cardiovasculaire, tel qu'une hypertension artérielle, des œdèmes, une insuffisance cardiaque congestive, un taux de cholestérol élevé ou un diabète, sans compter le risque d'effets indésirables gastro-intestinaux, lors de la prescription associée à un Coxib.

Déjà, en 2002, deux ans avant le scandale du Vioxx®, l'Afssaps avait refusé l’autorisation de mise sur le marché de ce produit, et avait émis des objections sur « le profil cardio-vasculaire du médicament ». Télécharger la suite

27/03/2011

LA ROUGEOLE EST EN CONSTANTE AUGMENTATION DEPUIS LES VACCINATIONS

Françoise Weber, directrice de l'Institut de veille sanitaire (Invs) vient de signaler qu’une épidémie « préoccupante » de rougeole sévit depuis le début de l'année en France. Cela est d’autant plus grave que la maladie touche désormais aussi les nourrissons et les jeunes adultes, où les complications sont plus fréquentes.

Les autorités sanitaires n’ont pas perdu une seconde pour réagir et sonner l'alarme, rappelant qu'on peut l'éviter par la vaccination et qu'il ne s'agit pas du tout d'une maladie « anodine ». Aussi, Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations du Haut conseil de la santé publique recommande de vacciner les personnes nées après 1980 avec deux doses de ROR (rougeole, oreillons, rubéole), et une dose pour celles nées avant 1980. « Cette mesure permettrait d'éviter plusieurs centaines de cas de rougeole. Sans réelle volonté d'appliquer des “mesures de rattrapage” de vaccination, notamment autour des cas de rougeole, l’épidémie se poursuivra ».

LIRE LA SUITE

24/03/2011

INDECENCE

Le drame de Fukushima questionne la sécurité des centrales nucléaires en France. Et, face au risque d'accident aux conséquences irrémédiables, repose le débat éthique sur la légitimité de l'industrie nucléaire.

http://www.alternatives-economiques.fr/indecence_fr_art_6...

CONTAMINATION RADIOACTIF DE L'AIR

Les chiffres relatifs existent mais ils sont confisqués par les Etats !

http://www.next-up.org/pdf/CRIIRAD_Chiffres_contamination_air_confisques_par_les_Etats_23_03_2011.pdf

19/03/2011

LA TARDIVE TRANSPARENCE DE LA HAS

Par Anne Vidalie,

  

L'ancien président UMP du Conseil régional des Pays de la Loire, le Pr

 

Jean-Luc Harousseau, a touché 205 482 euros en 2008, 2009 et 2010 de


la part de laboratoires.

Il a fallu un bon mois au Pr Jean-Luc Harousseau, nouveau patron de la Haute Autorité de santé (HAS), pour tenir la promesse faite à la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, le 19 janvier: récapituler l'ensemble des liens d'intérêts qu'il a entretenus avec l'industrie pharmaceutique au cours des trois années écoulées.

 Surprise: alors que sa "déclaration publique d'intérêts", datée du 31 janvier 2011 et accessible sur le site Internet de la HAS, est vierge, celle du 21 février, consultable en ligne elle aussi dès le lendemain, révèle que l'hématologue et ancien président (UMP) du conseil régional des Pays de la Loire a perçu 205 842 euros d'honoraires en 2008, 2009 et 2010.  

Des sommes qui lui ont été versées par 28 laboratoires différents au titre de sa participation à des "conseils scientifiques, réunions nationales et internationales de formation continue". 

Information confirmée par l’Express.fr du 12 mars 2011

KOKOPELLI, LES SALONS BIO ET LES MÉDECINES NON AGRESSIVES, CIBLES DES MIVILUDES

En France, les semenciers libres subissent des atteintes à la liberté par les visites réitérées des agents de la Répression des Fraudes, qui, sans doute sans le savoir, sont les complices des « saigneurs de la Terre », dénoncés en 1997 par Camille Guillou. Ainsi, depuis le début de l’année 2004, l’association Kokopelli, qui œuvre dans le sens de la directive de la Communauté Européenne portant sur la conservation de la biodiversité in situ, est harcelée par les agents de la Répression parce qu'une grande partie des semences de plantes potagères qu’elle distribue sont des semences de variétés anciennes, non-inscrites dans le catalogue officiel.

Il est scandaleux de constater la pression exercée sur les petits semenciers biologiques qui préservent la biodiversité de notre planète et les plantes qui sont un bien commun, alors que les pollueurs et pilleurs de tout genre continuent à détruire impunément notre environnement, grâce à la complicité des États qui leur distribuent nos deniers sous forme de très fortes subventions, tout en prônant officiellement la « biodiversité ».

Lire la suite...

Dominique Guillet, Président de l’Association Kokopelli, pose la bonne question : « Le catalogue officiel aurait-il été érigé non point pour la protection des jardiniers, mais pour la protection des intérêts financiers des grands groupes et multinationales qui ont racheté la quasi-totalité du secteur semencier depuis 40 années ? » Il est certain qu’il connaît la réponse à cette question. Il rêve d’une planète « avec des semences libres cultivées dans le respect de l'environnement, avec des enfants qui ne meurent plus de faim, avec des jardins et des champs, source de vie et de diversité. » Il conseille à ceux qui possèdent un jardin et aux petits cultivateurs indépendants de semer impérativement de plus en plus de semences interdites, de les donner, les échanger, et produire de jeunes plants de variétés interdites afin de les distribuer autour d’eux et aux pays les plus pauvres, sinon, dans quelques années, il n’y aura plus de semences libres, mais seulement des organismes génétiquement modifiés et des hybrides F1. « Résistons fertilement sinon, dans une dizaine d’années, le jardinage familial sera interdit pour cause d’homogénéisation : il sera devenu une activité à hauts risques bactérien et sociologique. » Espérons qu’ils seront nombreux à l’écouter et que la distribution des variétés interdites évitera leur disparition. Cela fait plus de dix ans que l'Association Kokopelli est victime de la mafia semencière et des tracasseries émanant des « tutelles » du Ministère de l'Agriculture. Elle fait peur aux pouvoirs en place non parce qu’elle vend des graines de tomates ou autres légumes, mais parce qu’elle prône l'autonomie, le jardinage familial, la véritable agro écologie, la production autonome de semences, la résistance des paysans du Tiers-Monde. Elle s’oppose à l'agriculture chimique, mortifère et cancérigène et le contrôle des peuples par les multinationales de l'agrochimie et de la semence avec la complicité des dirigeants des nations qui ne sont que des pantins dans les mains de ces prédateurs. Parmi eux, le Momagri (Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture), un lobby international soutenant les OGM et prônant une gestion globale de l'agriculture sur terre. Sous couvert de défense des agriculteurs, ce groupe d'intérêts privés fait pression sur les gouvernements et les instances démocratiques afin d'obtenir des législations favorables aux membres du Momagri. Or, parmi les fondateurs du lobby, on trouve Pierre Pagesse, président de Limagrain, leader français des OGM, et Georges Fenech, apôtre de la tolérance zéro, Président actuel de la Miviludes, et payé par notre gouvernement pour être le délateur des risques sectaires qui menacent la santé des consommateurs de nourriture et médecine naturelles. Pourquoi ces privilèges dans un pays qui les a, théoriquement, abolis depuis plus de 200 ans ? C’est lui qui clamait dans les médias que « 60 000 enfants étaient en danger » en France à cause des pratiques de leurs parents, 
alors que le directeur central des Renseignements Généraux Joël Bouchité estimait, quant à lui, que leur nombre s’élevait « tout au plus à quelques dizaines ». Personne n’en a voulu à cet individu d’exagérer à ce point afin de justifier l’existence et les dépenses de la Miviludes. 
 En effet, le dernier rapport de la cour des Comptes a épinglé la voiture de fonction avec chauffeur mise à la disposition de Georges Fenech par le ministère de l’Intérieur, dépense évaluée à plus de 80 000 euros par an, sans compter ses voyages en Guadeloupe, Polynésie, et Nouvelle-Calédonie, afin de traquer le sectarisme avec l’aide de sa conseillère technique, alors que notre gouvernement prône l’austérité. 
Il faut ajouter ces dépenses les frais d’une équipe permanente d’une dizaine de personnes. Curieusement, depuis les révélations faites dans la presse internet sur l'appartenance pour le moins étonnante de Georges Fenech au Momagri, le nom de Georges Fenech a disparu du site de la Société. À présent, cette secte prétendue « antisecte » s’attaque aux salons bios, concurrents affichés de Momagri, fidèle zélateur des OGM. En effet, lors du salon Bien-être, Médecine douce et Thalasso, qui regroupait 310 stands du 3 au 7 février 2011 à Paris, les organisateurs ont cru bon de diffuser un message de mise en garde à leurs exposants. Ce message les informait que la Miviludes tenait à ce qu’ils soient conscients des possibilités de dérives et les exhortait à rester vigilants, tous diagnostics et allégations thérapeutiques étant à proscrire. Dans ce tract, les organisateurs prévenaient également que la Miviludes se rendrait sur le salon pour observer les stands (produits, documentations) et entendre les discours tenus (stands et conférences). En outre, afin de bien enfoncer le clou, une affiche précisait : « Les pratiques de soins ou de bien-être non réglementées ou non validées scientifiquement peuvent conduire à des dérives, voire à la commission d'infractions pénales. Soyez vigilants si l'on vous conseille de rompre avec votre famille, votre médecin, votre entourage ou votre traitement médical. » Autrement dit, lorsque les pratiques de soins sont « validées scientifiquement », comme la consommation de Médiator® et autres poisons mortels, vous ne risquez rien de pénal, mais ceux qui ont conseillé de « rompre » avec ces médicaments, tels les lanceurs d’alerte, risqueraient, d’après cette organisation, de comparaitre devant une « commission d'infractions pénales » ! Il est surprenant de constater la peur des organisateurs de ce salon, devant les menaces d’une entreprise tellement déconsidérée et de Monsieur Fenech, dont le cheval de bataille est le « rejet de la médecine conventionnelle », alors que cette médecine est au centre d’une cascade de scandales et que plus de la moitié de la population se soigne par les méthodes dites douces ou complémentaires qui n’ont jamais d’effets secondaires et n’ont jamais déclenché de scandales tels que celui du Médiator, du Vioxx, de la Thalidomide et quelques centaines d’autres qui n’ont pas encore fait couler assez d’encre pour les dénoncer. En outre, Georges Fenech, ancien substitut général à la Cour d’appel de Lyon, Président de la Miviludes, que certains appellent monsieur Téfal, tellement il traîne de « casseroles » derrière lui, a été reconnu coupable d’« injures publiques raciales », mais sans condamnation (en France les politiques sont parfois coupables mais jamais condamnables). Cependant, sa conduite l’a obligé à prononcer la dissolution de l’Association Professionnelle des magistrats qu’il présidait et, en décembre 1998, il a dû renoncer à sa nomination au poste de premier juge d’instruction à Paris pour lequel il était pressenti. En 2001, ce personnage a été mis en examen dans le cadre de l'affaire de l’Angola Gate, pour avoir reçu un soutien financier significatif du trafiquant d'armes Pierre Falcone, pour sa revue de l’APM. Il s’est alors défendu en prétextant qu’il ignorait l’origine de cet argent. Enfin, en mars 2008, le Conseil constitutionnel a annoncé l'annulation de l'élection du député UMP du Rhône Georges Fenech, son compte de campagne ayant été rejeté par les Sages. Il a été déclaré « démissionnaire d'office » et « inéligible pour une durée d'un an à compter du 27 mars 2008 ». Tout cela représente beaucoup de dérapages pour un émule de Saint-Just qui s’est baptisé lui-même « Monsieur tolérance zéro ». Aussi, est-il surprenant que les dirigeants d’un salon qui intéresse particulièrement ceux qui pensent autrement que le reste du troupeau, qui mangent bio et se soignent par des médecines naturelles acceptent non seulement les critiques d’individus aussi peu qualifiés pour juger de la santé publique, mais deviennent ses supporters. La Miviludes cherche-t-elle à imiter le sénateur Joseph McCarthy qui voyait des communistes partout comme lui voit des sectes partout , ou le gouvernement du troisième Reich dirigé par Adolf Hitler, qui établissait en 1933 une liste de sectes interdites au nom de « la protection du peuple et de l’État »? Le sieur Fenech cherche-t-il à rédiger une « liste noire » sur laquelle figureraient les résistants à la « pensée unique », ceux qui veulent vivre plus sainement, se soigner autrement que par une médecine chimique qui a montré ces derniers temps, non seulement son incompétence mais aussi ses effets dangereux ? Il est significatif que l’idée de ces listes noires ait germé dans l’esprit de deux malades mentaux dangereux, et soient actuellement reprises par un état qui se prétend défenseur des libertés. Pour en terminer avec ce triste personnage, il faut ajouter qu’il a essayé, en vain heureusement, de faire interdire le documentaire Lumière du réalisateur autrichien Peter Arthur Straubinger sur la « nourriture de lumière », sujet bien connu en Asie et qui devrait intéresser tout scientifique curieux de trouver une explication à ces phénomènes, si peu familiers dans notre culture. Et n’oublions pas, non plus, les nombreuses perquisitions et descentes de police initiées par la Miviludes, comme en octobre 2009 dans le paisible monastère œcuménique du « Moulin des Vallées » en Ille-et-Vilaine, ou en janvier 2010 au centre de Chardenoux en Saône-et-Loire, siège de « Terre du Ciel », ou en février 2011 à Nyons, dans la Drôme, au « Centre d’enseignement de biodynamisme » avec la participation de 70 gendarmes, car : « Selon les éléments recueillis en 2009, la créatrice du centre semblait exercer une emprise mentale sur les stagiaires, avec rupture familiale et professionnelle », alors que les voisins qualifiaient les membres de ce Centre de « gens calmes et discrets ». Le CICNS (Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités) conclue : « Bilan des faits : zéro. Une nouvelle fois, des gens “calmes et discrets” autour desquels planent des rumeurs ineptes concoctées par la Miviludes subissent l’assaut violent de dizaines de gendarmes débarquant chez eux pour les arrêter. Il faut dire que la Miviludes nous avait déjà habitués à d'autres dérives comme cette descente musclée. Pourquoi de telles opérations disproportionnées ? Déploie-t-on de tels moyens militaires pour faire échec aux dealers des banlieues ou aux ultra fanatiques supposés religieux ? » Il est temps que notre gouvernement corrige son tir et se consacre à poursuivre une véritable « Mafia » pharmaceutique qui lui coûte des milliards et des vies humaines, comme nous le constatons chaque jour davantage, plutôt que de payer des incapables frustrés qui condamnent aveuglément des méthodes qui maintiennent les citoyens en bonne santé et ne participent pas au gâchis constant de notre « chère » Sécurité Sociale. Sylvie Simon

13/03/2011

RESEAU "SORTIR DU NUCLEAIRE"

A DIFFUSER LARGEMENT

NOS 7 CONTACTS PRESSE SONT DISPONIBLES TOUT CE WEEK-END SUR PARIS, LYON, STRASBOURG ET TOULOUSE :
 VOIR LEURS TÉLÉPHONES À LA FIN DU COMMUNIQUÉ CI-DESSOUS

Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 875 associations agréée pour la protection de l'environnement
 : http://www.sortirdunucleaire.org/

Catastrophe nucléaire majeure : un nouveau Tchernobyl est en cours au 
Japon !

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", c'est bien un accident nucléaire 
majeur gravissime qui se déroule actuellement au Japon, d'une gravité 
comparable à celle de l'accident de Three Mile Island et de celui de Tchernobyl, qui s'est déroulé il y a tout juste 25 ans.

Une explosion a eu lieu dans le réacteur n°1 de la centrale de Fukushima 
Daiichi (1). "L'explosion s'est produite entre 15H30 et 16H00 heure 
locale dans le réacteur N°1 de la centrale nucléaire, située à 250 km au 
nord de Tokyo" (2). La structure externe du bâtiment réacteur a explosé 
(3), et le toit du bâtiment réacteur s'est effondré de l'aveu même de 
l'exploitant TEPCO à l'instant. (4)
Des fuites de radioactivité très importantes ont lieu depuis des heures. 
La radioactivité reçue en une heure par une personne se trouvant sur le 
site égale la dose admise pour une année entière. (5)
La situation nucléaire au Japon est gravissime : 11 centrales ont été 
arrêtées en urgence, 5 réacteurs connaissent des problèmes graves de 
refroidissement démultipliant le risque d'un accident nucléaire, 45 000 
personnes ont été évacuées.

Voir la vidéo de l'explosion et toutes les informations au fur et à 
mesure sur notre blog :
http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/alerte-nucleaire-au-japon-apres-un/

Nos porte-parole sont à disposition permanente des médias pendant tout 
le week-end :

À Paris : Anne-Laure Meladeck : 06 71 23 30 09
 - Charlotte Mijeon : 06 75 36 20 20 
-  Laura Hameaux : 06 85 23 05 11

À Lyon : Philippe Brousse : 06 68 86 89 21- 
Xavier Rabilloud : 06 74 19 28 06

Nos référents techniques sont également disponibles pour toute 
intervention :

Marc Saint-Aroman (Toulouse) : 05 61 35 11 06
- Jean-Marie Brom (Strasbourg) : 06 08 98 79 40

Notes : 

(1) "Jiji news agency said there had been an explosion at the stricken 
40-year-old Daichi 1 reactor and TV footage showed vapor rising from the 
plant"
http://www.reuters.com/article/2011/03/12/us-japan-quake-idUSTRE72A0SS20110312

(2) AFP 12.03.11 9h58 Japon: explosion à la centrale nucléaire de Fukushima

(3) "NHK television said the outer structure of the building that houses 
the reactor appeared to have blown off, which could suggest the 
containment building had already been breached."

(

4) http://english.kyodonews.jp/ (5) AFP 12 mars 2011

 

11/03/2011

Ordonnance BALLEREAU

Notre ministre Mme Bachelot a validé l'ordonnance Ballereau du 15.01.2010; les conséquences sont catastrophiques...

Au plus tôt en 2013 et au plus tard en 2016, les laboratoires d'analyses médicales de proximité, VOTRE laboratoire et tous les autres auront probablement DISPARU au profit d'USINES à analyses (une par département pour les départements qui le "méritent"; pour les départements les plus ruraux il faudra faire un peu plus de route...).

Pourquoi ?

Et bien en vertu d'une ordonnance parue en 2010 qui livre le "marché" de l'analyse médicale aux FINANCIERS du CAC 40...

Parmi ces groupes financiers qui ont déjà largement entamé les rachats massifs de labo, figurent des assurances de santé privées, peut-être la vôtre, qui auront ainsi accès à vos données médicales et pourront "personnaliser" vos factures...

Il y a une solution pour s'opposer à ce scandale : FAIRE CIRCULER massivement et SIGNER cette pétition :

http://www.touchepasamonlabo.com/php/index.php

50 000 signatures à ce jour ; c'est peu dans l'absolu mais au vu de la discrétion de cette ordonnance, c'est beaucoup !

C'est parce que très peu de gens sont au courant que cette réforme peut passer ; il faut donc la REVELER au grand jour :

DIFFUSEZ LE LIEN DE LA PETITION :

http://www.touchepasamonlabo.com/php/index.php

SIGNEZ ET FAITES SIGNER!

Cordialement. Annie Vatré Médecin biologiste

09/03/2011

POUR REPONDRE AUX DEMANDES SUR LE VACCIN ANTI-TETANIQUE

Extraits :

Le vaccin contre le tétanos est-il efficace?

Sylvie SIMON, Vaccination, l'Overdose:

« …Dans l'armée française, la plus vaccinée des armées alliées (plus de 4 millions de vaccinations d'octobre 1936 à juin 1940) le taux de morbidité tétanique par mille blessés est resté le même pendant la campagne de 1940 qu'avant ces vaccinations massives. Dans l'armée Grecque, non vaccinée, la fréquence du tétanos au cours de la dernière guerre a été 7 fois moindre que dans l'armée française…»

Fernand DELARUE, L'intoxication vaccinale, le Seuil, 1977 :

« Dans l'armée américaine, pendant la 2e guerre mondiale, il y eut 10 millions de mobilisés, 500.000 blessés, et 12 cas de tétanos : 6 chez les non-vaccinés, 6 chez les vacciné…»

Dr F. JOET, tétanos: le mirage de la vaccination:

« … En 1959 EDSALL parlait déjà de l'échec du vaccin.

GOULON en 1972 a vu 10 sur 64 patients immunisés contracter le tétanos. Même chose chez BERGER en 1978 qui a noté diverses observations sur des patients bien vaccinés qui avaient malgré tout contracté le tétanos.

PASSEN et ANDERSEN en 1986 citent le cas d'un homme de 35 ans qui avait contracté le tétanos malgré un taux d'anticorps 16 fois supérieur au seuil considéré comme protecteur. Il avait reçu tous les rappels dans son enfance et tous les rappels réguliers jusqu'à 4 ans avant l' accident.

CRONE et REDER en 1992 décrivent 3 patients qui ont contracté un tétanos grave malgré un titrage d'anticorps élevé. Un de ces patients est mort. 2 d'entre eux avaient été vaccinés un an avant de contracter la maladie. L'un avait été délibérément hypervacciné afin de produire commercialement des globulines antitétaniques…»

« ... Très intéressante également cette constatation recueillie en Finlande: de 1969 à 1985, 106 cas de tétanos, ont été déclarés…66 % étaient vaccinés…

On constate que toutes les vaccinations, y compris la vaccination antitétanique sont susceptibles de provoquer des formes bâtardes de la maladie, avec des symptômes déroutants et un état pathologique de difficile description. Le vaccin a-t-il été la cause déclenchant ? Il est permis de le penser…»

Sylvie SIMON, Vaccination, l'Overdose:

« …En résumé, ce sont les pays où la vaccination est la moins pratiquée qui présentent le moins de cas de tétanos. Il se trouve que la France détient le record des cas de tétanos après le Portugal »

Le vaccin antitétanique est-il dangereux?

Sylvie SIMON, Vaccination l'Overdose, p. 99 :

« ...Choc anaphylactique pouvant entraîner la mort dans les heures qui suivent la vaccination, urticaire généralisé, syndrome de Lyell, asthme, encéphalite, paralysie des nerfs respiratoires, épilepsie, complications cardiaques (infarctus, etc.) »

Dr Kris GAUBLOMME :

« ...Ce n'est pas une pratique médicale sensée que de risquer sa vie en se soumettant à une intervention probablement inefficace, afin d'éviter une maladie qui ne surviendra vraisemblablement jamais…»

Nous aurait-on caché quelque chose sur le tétanos?

Réponse:

1 - Science et Vie n° 678, Mars 1974 :

« … environ 50 % des malades guérissent spontanément…»

2 - Dr F. JOET,

Tétanos, le mirage de la vaccination:

« Le chlorure de magnésium est certainement le produit qui guérit avec le plus de succès le tétanos, ainsi que d'autres maladies infectieuses comme la diphtérie, la poliomyélite…

« En 1932, le Dr NEVEU, élève du Pr DELBET, guérit une petite fille atteinte de diphtérie avec du chlorure de magnésium. Enthousiasmé par les succès obtenus sur d'autres malades atteints de diphtérie et de tétanos, le Dr NEVEU désira faire présenter un rapport à l'Académie de médecine.

Le Pr DELBET lui même, membre de l'Académie de médecine tenta de présenter ce rapport devant cet auditoire. Il écrivit au Dr NEVEU « La publication de ma communication est définitivement refusée. Le Conseil de l'Académie a trouvé, après 6 mois de réflexion, l'argument suivant : En faisant connaître un nouveau traitement de la diphtérie et du tétanos, on empêcherait les vaccinations…»

«…L'Académie de Médecine a donc délibérément décidé d'étouffer un traitement qui aurait pu sauver des milliers de vies, mais qui aurait risqué de concurrencer une vaccination.

(cela prouve quels puissants intérêts dictent à l'Académie sa conduite… »